Débuter en Apiculture       - avec Bernard NICOLLET - Abeille & Nature-


Dernière révision du: 06/06/2014

. Débutant en Apiculture: Quand et Comment débuter ?

Pour Débuter en apiculture, commandez vos essaims chez un éleveur pro
Débutez en apiculture en achetant ici vos essaims d'abeilles

Cette question est toujours d'actualité depuis des lustres. Untel vous dira que c'est au printemps, un autre en pleine saison, un autre vers la fin de saison...
Pour ma part, je dis: dès que vous aurez acquis un minimum de connaissances et de pratique par le biais d'un stage de formation. Je ne parle pas ici d'un stage découverte, ou de s'être contenté de regarder un apiculteur travailler tout en vous expliquant ! Non, je veux parler d'une formation de base concrète comme celle que je propose, en formule Week-end (voir ici)
Si l'apiculture n'est pas quelque chose de bien compliqué en soit, ce n'est pas non plus aussi évident ou facile comme tentent à le faire croire certains propos plus ou moins irresponsables disant qu'il s'agit de trouver une ruche ou acheter un essaim et hop.. on la colle au fond du jardin et c'est dans la poche ! Vouloir s'occuper d'abeilles nécessite à mon sens une démarche plus consciencieuse, il n'y a qu'à voir le taux d'échecs de ceux qui pensent s'en sortir seuls. Bien entendu, l'expérience s'acquière généralement sur le tas, avec le temps, mais entre temps, les erreurs sont amères et en découragent plus d'un et là, ce n'est plus dans la poche.
Apprendre donc les rudiments de l'apiculture me semble être un minimum de sérieux avant d'acquérir ses premiers essaims et produire sa première hausse de miel. Si vous n'êtes pas prêt cette année, alors, commencez l'année prochaine mais surtout, ne mettez pas la charrue devant les bœufs !

Le particulier ou l'apiculteur débutant qui souhaite se lancer ou qui envisage une reconversion professionnelle en apiculture va se heurter au début de printemps au problème de trouver des essaims à enrucher ou bien acheter une ruche peuplée. Bien souvent, les éleveurs ont rempli leurs carnets de commandes en fin de saison et pendant l'hiver pour les livraisons de printemps. Certains élevages ont même des listes d'attente de un à deux ans. Ajoutez à cela un hiver un peu trop long ou catastrophique et vous vous retrouvez devant une réponse du genre.. "il faudra attendre l'année prochaine"..
Vous êtes tenace et interrogez les apiculteurs locaux.. Comme la miellée est en pleine effervescence, ils ne veulent pas faire d'essaim pour fournir un futur "concurrent" et préfèrent garder plus ou moins jalousement leur cheptel et connaissances. Généralement, vous aurez des réponses du genre.. "Ce n'est pas le moment, il faudra voir cela après la miellée.."
Malheureusement, alors que vous êtes encore tenace et revenez à la charge, l'apiculteur vous expliquera qu'il n'a pas eu le temps de faire des essaims mais qu'il en fera l'année prochaine..
Bref, ce n'est jamais le moment pour un néophyte.. Ceci dit, il faut saluer les apiculteurs qui ne réagissent pas de la sorte !En apiculture, il y a de la place pour tout le monde.. en principe. " ;C'est facile à dire" m'ont fait remarquer quelques apiculteurs non sans raison. Quand effectivement sur une commune il y a saturation de ruches, en voir s'implanter de nouvelles ne va pas sans poser quelques problèmes un peu justifiés il faut bien l'avouer dans ce cas.
Dans l'ensemble, le tout étant de faire les bons choix et ne pas céder au n'importe quoi et surtout pas à l'empressement ou la précipitation. L'amour et le respect des abeilles mérite d'être patient surtout pour qui souhaite bien débuter en apiculture.

En effet, la seconde épreuve qui vous attend c'est apprendre la patience car il est important par exemple, de bien faire la différence entre un essaim et une colonie d'abeilles (ce dont je parle un peu plus loin dans "la vente d'essaims"). Votre premier travail qui durera la saison entière consistera à développer vos essaims et les conduire à l'entrée de l'hiver, prêts à l'affronter sans que vous ayez à "serrer les miches" pour savoir s'ils passeront ou pas. Il est certain que si vous n'avez pas tout bien fait dans les règles de l'art, vous perdrez vos essaims. Ceux qui viennent en stage ici chez Abeille & Nature se rendent bien compte que ce n'est pas dans les bouquins que l'on apprend à devenir apiculteur. Les livres d'apiculture si bien soient-ils, fournissent cependant d'excellents renseignements, Par exemple, je considère que le Traité Rustica de l'apiculture ou le DVD "le Berger des abeilles" sont les deux meilleurs ouvrages qui soient pour canaliser. Mais vous ne deviendrez pas apiculteur avec seulement ces ouvrages en mains ! Il faut bien comprendre les fondamentaux de l'apiculture avant de se lancer.

Pour bien débuter, combien faut-il de ruches ?

Comme je m'en explique sur le site, ma réponse tend à dire "4" si vous souhaitez faire uniquement de l'apiculture un loisir personnel et familial, 20 si vous avez l'objectif de vendre vos produits de la ruche, ou bien une centaine si vous souhaitez en faire une activité professionnelle dans les deux ans qui suivent. Ces chiffres ne sont pas donnés "en l'air" pour le simple plaisir de chiffrer mais donnés à juste titre pour de multiples raisons. Avant tout, tout dépend de deux éléments auxquels vous devez impérativement avoir une réponse:

  • - Quel budget êtes-vous prêt(e) à investir ?
  • - Quel est votre réelle motivation et objectif ?

-A/ Si vous optez pour une apiculture personnelle..

Oh ne croyez pas que je prêche ici pour vendre plus d'essaims .. ils sont déjà vendus avant même que la saison ne démarre. Si je dis "quatre", ce n'est pas un chiffre en l'air mais bel et bien un chiffre concret. [Je viens du reste d'apprendre que dans la symbolique, le chiffre 4 représente le chiffre parfait (tiens tiens..)] Quant au chiffre 20, c'est aussi 2 x 10 une double plénitude.. Cent, une pleine plénitude.. décidément il y a de quoi s'étonner quand même !

Bon, plus concrètement : D'une part, cela vous obligera à vous pencher sur votre devoir envers les abeilles et ne pas vous contenter en dilettante, d'avoir une ruche au fond de votre jardin, (ruche que tôt ou tard vous aurez tendance à négliger). En effet, à chaque visite de ruche, il faut se préparer, s'habiller, allumer l'enfumoir; tout cela demande un certain temps; or, que vous ayez une ruche ou quatre, cela fait partie des temps incompressibles.
D'autre part encore, et d'un point de vue purement positif, en ayant plusieurs ruches, vous allez pouvoir établir des comparatifs du genre:

  • - Pourquoi cette ruche a moins d'abeilles que les autres,
  • - Pourquoi celle-ci est-elle morte et pas les autres ?
  • - Pourquoi cette ruche produit plus de miel que les autres etc.. etc..

En réalité, vous allez vous poser les bonnes questions qui feront remonter les connaissances apprises lors de votre stage de formation et qui étaient en attente quelque part dans votre mémoire..
Alors, bien entendu, cela représente un certain budget, budget qui n'est peut-être pas à la portée de chacun. Et c'est là un des plus grands pièges qui se tend: le pas cher !
Si vous n'avez pas acquis un minimum de connaissances, vous risquez bien de vous rabattre sur du boiteux ! :

  • - Essaims de capture,
  • - Colonies avec une reine âgée,
  • - Colonies ou reines d'importation,
  • - Colonies malades dont le bandit se débarrasse en Catimini, surtout avec des gens pas regardants ou sans connaissance
  • - sans facture, sans attestation de bon état sanitaire, sans fiche de traçabilité etc.. etc..

Je ne dis pas que c'est systématique car encore une fois, il y a des apiculteurs honnêtes Dieu Merci ! Mais c'est un risque à courir ou ne pas courir.
En démarrant donc avec un premier petit rucher de 4 ruches, un stage de formation adéquat et votre bonne volonté, vous partez sur de bonnes bases à l'ultime condition d'avoir un peu de temps à consacrer à vos abeilles de manière régulière !
Vous devrez en effet visiter vos ruches une fois par semaine minimum en saison (l'idéal étant de pouvoir assurer une rotation sur 6 jours, je m'en explique lors du stage et de mon cours d'apiculture par internet. Toute la difficulté en début de saison est de trouver des essaims disponibles. Nombre d'apiculteurs amateurs profitent de cette demande pour vendre des essaims capturés. Ce sont rarement des apiculteurs professionnels.

Autres arguments pour étayer mon propos:

Un apiculteur débutant ayant acheté une ruche chez un apiculteur "douteux" ou peu scrupuleux perdra sa ruche l'hiver suivant s'il ne l'a pas déjà perdue en cours de saison.. De plus, une ruche à la colonie bancale ne produira pas ou très peu de miel donc en finalité cet apiculteur novice perdra une saison et aura tout à recommencer l'année suivante.. S'il demande des explications aux vendeur, immanquablement la faute retombera sur lui, parce qu'il n'aura pas fait comme il faut ou autres raisons qui pourraient prêter à la fâcherie.
Quant aux ruches dites hivernées, il est vrai qu'au printemps, elles auront une bougie de plus.. Si l'apiculteur éleveur fournit une telle ruche, c'est un gage de succès et généralement de sérieux car sa reine, à condition d'être une reine de la saison précédente sera en plein jus pour démarrer sa vraie première saison.. alors que chez l'apiculteur peu scrupuleux, ce sera effectivement une reine qui aura de la bouteille.
Un apiculteur professionnel ne vend jamais un essaim capturé à moins de savoir que cet essaim provient de telle ruche de son rucher et que la reine de son essaim est une jeune reine sans quoi, il a fait procéder à son remplacement. En revanche le peu scrupuleux ne dira rien et refourguera un essaim qui , quelque soit le prix payé, sera toujours trop cher. Dans mon cours d'apiculture, j'explique pourquoi un essaim capturé n'apporte que très rarement totale satisfaction. Pire.. il passe rarement son premier hiver. Donc, comment faire avec un essaim naturel capturé pour qu'il vive et ne crève pas dès l'hiver venu (à condition que celui qui vous a vendu un essaim capturé vous le dise)
Un peu plus loin sur le site, je mentionne qu'un apiculteur non doté d'un numéro de siret, n'est pas en droit de vendre un essaim. C'est un peu comparatif au travail au noir dans le monde du travail: pas de charges, pas d'impôts, souvent réglé en espèces.. Mais dans ce cas, votre activité démarrera mal car à moins de dire "essaims capturés chez moi", vous ne pourrez justifier leur provenance dans votre registre d'élevage dont la tenue est obligatoire à partir d'une seule ruche.
Enfin, pour conclure sur les essaims capturés, il est important que ceux-ci aient subit une période de quarantaine et que leur reine ait été changée.
Alors mon conseil est le suivant: Optez pour un apiculteur pro ou un éleveur et démarrez sur de bonnes bases.

B/ Si vous optez pour une apiculture de loisir (avec intention de vendre vos produits)

Il est possible de commencer par une apiculture personnelle puis d'augmenter progressivement son cheptel jusqu'à atteindre un seuil qui nous convienne. En revanche, il est possible d'aller un peu plus vite en acquérant une vingtaine de ruches avec des essaims et commencer à faire son miel dès l'année suivante tout en ayant pu doubler son cheptel (passer à 40 unités) si le désir est d'accroître celui-ci.
Pour démarrer ce type d'activité, il est incontestable qu'il faille acquérir d'abord un minimum de connaissance et de pratique. C'est ce que je vous propose dans mes Stages de Formation en Apiculture pour Amateurs (ne pas confondre avec les stages pour une vision professionnelles voir ici)
Abeille et Nature peut répondre à un besoin de démarrage rapide en Apiculture amateur (surtout si vous avez une vision de compléments de revenus ou en faire une activité professionnelle à terme). Avec un premier budget de dix mille euros, cela vous permet de vous offrir votre premier rucher. Un rucher qui tienne la route, avec une vingtaine de ruches neuves et des essaims de sélection de l'année, en bon état sanitaire et surtout avec une fiche individuelle par essaim de traçabilité, ce qui sera prépondérant pour votre futur élevage..
Si vous envisagez une apiculture professionnelle, avec la technique d'élevage d'Abeille et Nature, vous pourrez monter en puissance sur 3 à 4 ans pour atteindre votre 400ème ruche. Bien entendu, il faudra avoir de la réserve financière sous le pied, ou bien investir dans le matériel car ce n'est pas le tout de savoir multiplier ses colonies, il faut penser à leur offrir un bon toit !

5 points pour bien débuter en apiculture

Pour bien débuter, voici les cinq points principaux à observer :

-1/- Il est indispensable de faire le point

sur le type et format de ruche, et surtout ne pas se fier aux phénomènes de mode (ex. ruche Warré), ruches écologiques, ou issues de l'apiculture alternative ou tous les qualificatifs capables de faire vibrer en vous un désir de faire différemment, mais plutôt regarder du coté de ce qui fonctionne bien en apiculture dans votre propre région (ruches Dadant, Ruches Voirnot, ruches Langstroth etc..) Il y a des ruches qui conviennent d'autres moins, d'autres encore moins.

-2/- Choisir un type d'abeilles

(une sous espèce).. Ce point est malheureusement trop souvent occulté quand on souhaite débuter car le candidat à l'apiculture s'en remet un peu trop au dernier qui a parlé faute de connaissances. Si je peux me permettre ici mon conseil, Optez pour l'Abeille Noire (Apis Mellifera Mellifera) car, en France et dans les pays frontaliers, c'était l'abeille de nos grands-parents; une abeille parfaitement adaptée aux différents biotopes que l'on rencontre dans la majorité de nos régions. De plus vous ferez quelque chose de bien pour cette sous-espèce malheureusement en voie de disparition, bien souvent liée à une "non prise de conscience" de la part des apiculteurs qui favorisent les importations et leurs importateurs. Achetez vos essaims de préférence chez un éleveur. Bien sûr, il ne faut pas s'y prendre à la dernière minute sous peine de ne pas être servi. L'abeille Noire est souvent appelée Abeille locale chez les papiculteurs. SVP Ne donnez pas du champ aux abeilles d'importation.

-3/- L'implantation de vos ruches

.

Le choix d'un  terrain est particulièrement important pour de multiples raisons. Il ne doit pas être trop éloigné de votre domicile car les déplacements coûtent cher. Vous devrez visiter vos colonies très régulièrement surtout en début de saison. D'autre part, si vous êtes dans une zone de monoculture, renseignez-vous auprès d'apiculteurs locaux afin de connaître les éventuels problèmes de mortalité. Profitez-en pour savoir quel type d'abeilles exploitent ces apiculteurs locaux. C'est un problème également souvent passé à la trappe mais qui revêt une importance capitale pour les générations d'abeilles à venir, nous en reparlerons sur ce site.

-4/- Comprendre le démarrage d'un essaim

.

Sachez et ancrez cela dans votre esprit et mémoire qu'un essaim acheté en début de saison doit avant tout se développer correctement. C'est une priorité absolue ! Partir dans l'idée que cet essaim va produire du miel la première année peut vous conduire à commettre de graves erreurs.. Mais tant mieux s'il vous procure cette joie, ce sera un plus montrant que votre biotope est bon. Le principal objectif à se fixer pour démarrer avec des essaims de l'année est de parvenir à les conduire jusqu'à l'entrée de l'hiver et qu'ils soient suffisamment forts pour affronter et passer cette période. Dans ma vie d'éleveur et formateur, je vois beaucoup trop de personnes pleines de fougue et prêtes à foncer en pensant que ce n'est pas si compliqué que cela.. Certes, l'apiculture n'est pas une chose réellement compliquée à condition de ne pas aller au-delà des règles de base. Imageons un peu: Si vous achetez un arbre fruitier que vous plantez dans votre potager ou votre verger: Vous fournira-t-il des fruits la première année ? Pour ce qui concerne les abeilles, il en est de même. Toute précipitation vous conduira à l'échec (A bon entendeur.. vous voilà prévenu)

-5/- Pour avancer en compréhension et connaissance:

Si vos moyens vous le permettent, je vous conseille de débuter avec 4 ou 5 ruches dotées d'essaims de l'année. Dans le passé je n'en conseillais que deux mais compte tenu des difficultés rencontrées dans bon nombre de régions, 4 ou 5 me semble être un meilleur chiffre sous plusieurs aspects. Ce point vous permettra d'établir des comparaisons entre elles voir un peu plus haut..
Bien entendu, il faut que ce soit dans vos moyens de le faire. Sachez que le plus long en apiculture débutant concerne la préparation d'une visite. S'habiller et allumer l'enfumoir vous demandera plus de temps que la visite de vos colonies ! Que l'on se prépare pour une ou deux ruches ou pour 4 ou 5 reste le même temps. Enfin, je pense qu'à partir de 4 ou 5 ruches, on dispose d'un vrai premier petit rucher dont on sera obligé de s'occuper et j'ajoute: dont on prendra plaisir à s'occuper. Je le vois bien même à titre professionnel.. on a toujours tendance à moins visiter les petits ruchers de quelques ruches plutôt que les ruchers les plus importants.

En apiculture, est-il possible de débuter seul ?

Il est toujours possible de répondre à une petite annonce de vente de ruches et de se lancer seul(e) dans l'aventure. Si vous n'avez pas de connaissance en apiculture, je ne vous le conseille pas car vous allez "enfoncer des portes ouvertes" et perdre beaucoup de temps si ce n'est votre investissement tout entier. D'autre part, vous n'aurez jamais les réponses à vos questions. Parfois, on peut avoir le sentiment que la Nature, c'est la Nature et qu'on pourra se débrouiller seul.
Et bien, ce n'est pas aussi évident que cela et ne comptez pas sur la chance du débutant ! S'occuper d'abeilles requière un peu plus de sérieux et d'engagement. Pourquoi réinventer les règles de base de l'apiculture ancestrale ? On voit bien où cela conduit. Plus sérieusement:
Tout d'abord, vous allez avoir besoin d'un fournisseur d'essaim. Vers qui allez-vous vous tourner ? Allez-vous attendre qu'un essaim vienne se poser gentiment dans la ruche piège que vous aurez placée à tel ou tel endroit ?
Quand j'ai commencé mon activité d'apiculteur, j'ai eu la chance d'avoir des conseils de deux apiculteurs. Mais déjà, tous deux avaient un point de vue divergent:
- Le premier était un apiculteur amateur retraité de l'usine et qui conduisait une petite quarantaine de ruches
- Le second était un ancien apiculteur professionnel, à la retraite et ami de longue date de surcroît
Si le 1er m'a donné de bons conseils quant à la manière de visiter une ruche, l'autre en revanche était beaucoup plus pointu en matière d'élevage et de rentabilité. Bref, deux apicultures totalement différentes mais qui respectaient toutes deux un certain nombre de règles de base. J'avoue que j'ai du me forger dans mon expérience prenant et laissant au passage les éléments que je jugeais bon ou moins bons.
Comme je le dis souvent: "un apiculteur.. une apiculture" C'est à dire que chacun va conduire son apiculture à sa manière. Mais, quoi qu'il en soit, s'il y a une chose bien fondamentale, c'est que vous ne devez pas réinventer l'apiculture en pensant que vous vous en tirerez tout seul. Peut être êtes-vous au-dessus du lot ? qui sait ?
Je vais ici prêcher un peu pour ma paroisse mais en toute honnêteté, c'est pour votre bien: Inscrivez-vous à mon cours d'apiculture ! Cette année, j'ai fait un effort particulier sur son prix d'accès afin qu'il soit plus abordable pour tous. D'une part, les nombreux sujets traités cette année en vidéo vous aideront à mieux comprendre, mais vous pourrez bénéficier de réponses à vos questions si vous avez besoin d'aide. D'autre part, je vous encourage à venir faire un petit stage de formation en week-end. Deux ou trois jours dans une future vie de Berger des Abeilles, ce n'est pas grand chose. Mais cela vous orientera et vous évitera de faire n'importe quoi, ce que la plupart des personnes qui sont venues ici vous confirmeraient. Même si vous habitez le fin fond de l'Europe, l'effort que vous aurez fait pour venir ici sera mille fois récompensé. Certes, je suis conscient que cela représente une certaine dépense, mais celle-ci sera vite amortie comparativement au fait de démarrer seul(e) dans votre coin en commettant des erreurs qui au final vous coûteront bien plus cher, sans parler de la déception que vous engrangerez.. Enfin, Achetez ce merveilleux film documentaire sur les abeilles : Le Berger des Abeilles et commencez par ce minimum ! Ce film retrace les grandes étapes d'une vie de Berger des abeilles et du travail qui doit être accompli en saison et hors saison
Si comme moi, vous vous sentez animé(e) d'une mission envers la Nature, Si vous avez envie de faire le bien, alors Viens ! (C'est volontairement ici que j'emploie la 2ème personne du singulier car je te considèrerai en ami)

Quand et Où acheter vos ruches ou vos essaims ?

C'est la principale question fondamentale. Beaucoup de personnes qui souhaitent débuter en apiculture font l'erreur magistrale de vouloir démarrer à tout prix au printemps. Quand vous en connaîtrez un peu plus en apiculture, il vous sera plus facile de comprendre que pour élever un essaim d'abeilles celui-ci impose un minimum de temps pour assurer son bon démarrage.. Tout est une question de calendrier, je dirai de la chronologie et biologie de l'abeille, des dates qui font partie de lois immuables et propres à la nature même de l'abeille. C'est pour cela entre autres que nombre d'impatients se tournent vers l'importation qui fait plus de mal que de bien. Si vous souhaitez entrer dans ce domaine, nous ne serons jamais amis et j'aurai pour seule déception le fait que vous n'ayez pas su mettre à profit mes conseils. L'importation ne peut pas vous apporter une solution durable car les abeilles ne sont pas forcément adaptées à notre climat mais pire, elles peuvent être vectrices de pathologies diverses, comme si l'abeille n'en avait pas assez. Or je présume que si vous souhaitez débuter en apiculture, ce n'est pas pour faire comme celles et ceux qui abandonnent leur chien sur l'autoroute lors des départs en vacances. Voici mon commentaire en vidéo. Cliquez sur l'image

Cliquez ici

En résumé:
Achetez et démarrez d'un bon pied et non pas sur des valeurs peu sûres ou pas recommandables. Bien entendu, c'est un peu plus cher au départ mais quand on manque son départ, cela coûte beaucoup plus cher et peut conduire au désastre sur de nombreuses années. Il ne suffira pas malheureusement que racheter des essaims par la suite mais très certainement repartir de zéro. Croyez moi, pour être passé par là, ne commettez pas les mêmes erreurs.
Rappelez vous que quoi que vous fassiez, votre première année doit se cantonner à l'élevage de vos essaims acquis. La seconde année, (si vous avez bien travaillé lors de la première), vous serez récompensé(e) par le fruit de votre travail et pourrez prendre les décisions qui feront de vous un Bon Berger des abeilles mais surtout, vous aurez appris !

  • Pourquoi mes essaims sont-ils un peu plus cher ? visionnez et lisez cette page en cliquant ici
  • Une autre version réflexion de cette page vous est proposée ici afin de mieux comprendre. lisez la suite de cet article en cliquant sur la flèche droite en bas de page (ou Cliquez ici)
  • Combien ça coûte pour débuter en apiculture ? Cliquez ici
  • Vous souhaitez aller plus loin concernant le démarrage de vos futures ruches ? Adhérez à mon cours d'Apiculture par internet
  • Pour commander en ligne ou obtenir un devis pour vos essaims, Cliquez ici

Page 1    Aller à la Page 2