Acide Oxalique pour Traitement du Varroa ?

L'Acide Oxalique dans le traiement du Varroa       - par Bernard NICOLLET, Abeille & Nature -


Date de révision de la page: 07/12/2014

. Traiter à l'Acide Oxalique, est-ce sans danger ?

Le Saviez-vous ?
Tout traitement des abeilles doit figurer dans votre Registre d'Elevage ! Pour 17€, Mettez-vous en Règle !
Commandez mon tout nouveau Registre d'élevage Apicole répondant aux normes Françaises et européennes
Facile à utiliser, il vous sera également précieux pour le suivi saisonnier de votre(vos) rucher(s) Cliquez ici

Encore une fois, il n'existe aucun traitement radical contre le Varroa et vous devez en avoir conscience ! Pour meilleure preuve, on doit traiter chaque année la quasi totalité de nos colonies. Serait-ce à dire que certaines colonies n'auraient pas besoin de traitement ? Oui, effectivement, C'est en tous cas mon constat depuis que je suis revenu à l'abeille endémique que je m'efforce de sauvegarder dans mon coin, comme d'autres le font dans le leur.

Photo de varroa sur larve
Varroa sur larve d'abeille. ©Photo C.NICOLLET

Plus je m'approche de la race pure et moins j'ai besoin de traiter contre le varroa Cela ne veut pas dire que mes abeilles n'en sont pas porteuses, mais je constate que celui-ci ne prolifère pas comme il pouvait le faire du temps où mon cheptel était basé sur du tout venant, sans suivi des lignées et où mes reines étaient plutôt du genre croisées portes et fenêtres.
Ce qui m'effraye le plus, c'est de voir dans les vidéos diffusées sur internet, l'empirisme des traitements à l'aide d'acide oxalique. 3 bouts de tubes, un souffleur à pied et un chalumeau tenu à la main; et hop.. on a le traitement miracle ? J'ai voulu éplucher l'ensemble de ces vidéos sur internet qui veulent montrer comment utiliser l'acide oxalique et je n'en ai pas trouvé une seule valable.. rien d'étonnant que les colonies continuent de crever (excusez ma colère)! Le traitement contre le varroa est un peu plus sérieux que la simple constatation de la chute de varroas à la suite d'un traitement, quelque soit le produit utilisé.
Honnêtement, quand vous traitez.. tenez vous compte du cycle biologique du varroa et de celui de l'abeille ou bien vous contentez-vous du constat de sa chute en vous disant que c'est bien tombé ?
D'un autre coté, il y a une aberration totale en France qui consiste à dire que l'Acide Oxalique est dangereux pour l'homme donc on interdit ce produit hors AMM et d'un autre coté, ce produit est autorisé en traitement bio avec une AMM ! Deux poids , Deux mesures fondamentalement opposées. Il n'y aurait donc pas de traces dangereuses dans le miel des apiculteurs "bio" alors qu'il y en aurait chez les non bio ? Pas convaincant du tout comme pas logique du tout sauf de considérer à qui cela profite-t-il ou qui a bien pu pondre une telle aberration dont la motivation reste cachée à demi-mots.

Un traitement de fin de saison synonyme de non-sens

Le traitement du varroa par acide oxalique en toute fin de saison est dangereux pour les abeilles. Bon nombre d'apiculteurs utilisent en effet un procédé de traitement du varroa comme le Thymol, l'acide Formique, les bandelettes Apivar® et toutes sortes d'autres produits. Or, parce qu'ils ont lu quelque part que la période idéale post-traitement était quand il n'y a plus de couvain dans la ruche, et que de surcroît, l'A.O est un complément de traitement, cela a induit deux erreurs qui se payeront cher pendant l'hiver ou à sa sortie.
Si vous êtes dans ce cas, la première question que je poserai est celle-ci:
- Douteriez-vous de l'efficacité du produit que vous avez utilisé en amont pour traiter le varroa ? Car dans ce cas pourquoi en remettre une couche ?
Logiquement, après la fin de la miellée, après le traitement du varroa, qui doit se faire tôt (c'est à dire au plus tard vers la mi-septembre), après la préparation à l'hivernage avec sa phase d'équilibrage et éventuellement de nourrissement, ON NE DOIT PLUS OUVRIR LES RUCHES ! Il est indispensable de laisser les abeilles tranquiles. Ne dénoncez-vous pas vous-même les surplus de traitements agricoles par les pesticides ?
Les abeilles ont en effet besoin de s'isoler et se regrouper au centre de la ruche. Or, si vous ouvrez vos ruches à l'entrée de l'hiver pour traiter par sirop de dégouttement ou si vous sublimez l'A.O., vous allez dégrapper vos colonies qui mettront des jours pour reconstituer leur "grappe" qui est leur seul moyen de survie pendant la phase hivernale.
D'autre part, puisque les abeilles vont devoir se lécher (quelque soit le mode utilisé avec l'A.O), la quantité d'acide absorbée par leur organisme rique fort de leur donner un peu de dysenterie (quand ce n'est qu'un peu il y a moindre mal).
Dites vous que de toutes manières, une fois le dernier couvain né, les varroas résiduels cesseront leur reproduction jusqu'à la reprise de ponte en début de saison, par conséquent, toutes les abeilles porteuses seront trop affaiblies pour passer l'hiver et elles mourront avec leur varroa. Alors bien sûr, si vos colonies hivernales ne sont pas suffisamment populeuses ou si vous avez du matériel en mauvais état et si... et si.. et si... Ne croyez-vous pas qu'il vaudrait mieux apprendre à faire un bon travail en amont ?
N'effectuez un double traitement que si vous savez ce que vous faites, en pleine connaissance de cause, et non pas pour essayer parce que vous avez lu ou entendu ! [A bon entendeur...]

Ceci étant, force est de reconnaitre que cela limite au moins le n'importe quoi chez les apiculteurs bidouilleurs ou apprentis chimistes qui feront les frais de pertes de colonies de manière totalement aléatoires.
L'acide oxalique est aussi nommé Acide Ethanedïoique ou aussi "sel d'oseille" (Numéro CAS: 144-62-6 ou dans la classification ECHA: EINECS 205-634-3)
Le traitement par acide oxalique pour aider dans la lutte contre le varroa peut s'effectuer de deux manières:

  • - Soit en sirop de dégouttement
  • - Soit par procédé de fumigation (la sublimation)

. -1/- Acide Oxalique en Sirop de dégouttement

C'est un sirop assez facile à faire mais je vous déconseille cette méthode que l'on retrouve assez fréquemment sur le web car elle intervient beaucoup trop tard en saison pour être réellement efficace. Pour quelles raisons ?
D'une part, si vous avez effectué un bon traitement anti-varroa suffisamment tôt c'est à dire vers tout début de septembre), et que votre traitement efficace a bien éradiqué le varroa, un traitement ultime à l'acide oxalique quand il n'y a plus de couvain nécessite et impose de vérifier ce point (à moins de supposer que... ce qui voudrait bien dire que vous traitez au petit bonheur la chance).
Or, c'est tout le dilemme car, quand il est tard en saison, on ne doit plus ouvrir ses ruches et on se doit de laisser les abeilles tranquilles sans désorganiser la grappe qu'elles ont mis des jours à constituer, quand bien même l'arrière saison soit douce.
L'éradication à 100% du varroa est de toute manière une mission quasiment impossible si on ne veut pas avoir recours à des produits dangereux et toxiques non seulement pour l'abeille mais aussi pour l'homme qui manipule ou qui consomme ses produits. Ce qui compte en fin de saison (c'est à dire de suite après la levée des hausses) c'est d'enrayer son cycle de reproduction rapide et exponentiel (pour 100 varroas, il faut moins de 60 jours pour envahir et décimer toute une colonie d'abeilles) qui, ne l'oublions pas, se produit essentiellement dans les cellules du couvain des femelles puisqu'à cette époque, il n'y a plus de mâles.
En injectant le sirop de dégouttement on dérange immanquablement la grappe. C'est une des raisons qui m'a fait abandonner ce système car si un coup de froid survient, il n'y aura peut-être plus de varroas dans la ruche, mais à coup sûr, les abeilles pourraient bien mourir de froid faute d'avoir pu se réorganiser en grappe. Vous croyez quoi ? qu'il suffira aux abeilles de voleter et hop! la grappe sera reformée ? Une grappe ne se constitue pas en quelques minutes ou quelques heures mais en plusieurs jours, voire 2 à 3 semaines. C'est une structure complexe (très complexe) que les scientifiques feraient bien d'étudier car ils trouveraient certainement matière à l'innovation dans la thermorégulation des bâtiments ou des édifices gloutons en énergie.
D'autre part, si votre traitement anti-varroa de fin de saison n'a pas été suffisamment efficace, la colonie payera un très lourd tribu en termes de décroissance de sa population. Malheureusement (en montagne tout du moins), c'est une colonie qui ne passera pas l'hiver, traitement complémentaire à l'AO ou pas.
C'est la raison pour laquelle je vous invite à bien considérer la période de traitement de vos abeilles et non pas avoir recours à du bidouillage ou des sur-traitements à outrance. Pour moi, il ne fait aucun doute que pour être efficace à 100%, il faudrait pouvoir doser l'acide oxalique en fonction de la population de chaque ruche afin de leur injecter une dose adéquate. Or, d'une ruche à l'autre, y compris dans un même rucher, les populations sont loin d'être identiques.

. La technique ?

Elle consiste à injecter 5ml de ce sirop préparé, entre chaque cadre mais là encore tout dépend de la concentration d'AO au moment de sa préparation. Ce produit ne doit en aucun cas être diffusé par un pulvérisateur !
On ouvre la ruche et l'on répartit en injectant le mélange entre les cadres de manière équitable de façon à "mouiller" les abeilles. Si les intervalles de rives n'ont pas d'abeilles, on ne répartit le produit qu'entre les cadres où sont présentes les abeilles (à condition qu'elles soient nombreuses, sinon, sans dépasser la dose de 5ml par intercadre). On doit faire attention à ne pas envoyer de mélange sur le bois des cadres ou de la ruche car les abeilles n'y toucheront pas d'une part, et d'autre part, le dépôt laissé sera mélangé avec la cire et la propolis du printemps suivant ce qui laissera des traces importantes pouvant être considérées comme dangereuses..

En "injectant" ce sirop sur les abeilles, cela provoque un "léchage" mutuel des abeilles. En abaissant le PH du tégument en surface, l'acide oxalique provoque le détachement des varroas en squat sur les abeilles qui pratiquent une sorte d'épouillage. L'inconvénient, c'est que les œufs ou larves de varroas situés au fond des cellules operculées ne seront pas concernés par ce traitement. C'est la raison pour laquelle on effectue cette injection quand on a la certitude qu'il n'y a plus de ponte ou de couvain operculé car l'acide oxalique sous cette forme de distribution est inefficace en dehors de cette période. Tout au plus, il fera tomber les varroas des abeilles mais ne tuera pas et ne fera pas tomber les œufs ou varroas situés dans le fond des cellules du couvain operculé.
Un autre inconvénient: cela oblige à traiter tardivement en saison, par conséquent avec des températures basses. Or quand on ouvre une ruche dans de telles conditions, on fait refroidir l'intérieur du corps de ruche et il faudra des heures aux abeilles pour faire remonter la température initiale. Par conséquent, on réduit la longévité des abeilles qui se seront dépensées inutilement.

Interdiction absolue de pratiquer ce type de traitement en saison ! Sinon, le miel de corps sera pollué par ce produit qui ne relève pas du naturel à 100%. De plus, si les abeilles remontent dans la hausse une partie du miel qui est contaminé par l'acide oxalique, cela polluera le miel des hausses. Ainsi, votre miel deviendra impropre à la consommation.
Avec un traitement par acide oxalique, de toutes manières et  encore une fois, vous n'aurez que fait tomber les varroas des abeilles au sein de la colonie mais le cycle de réinfestation se perpétuera à cause des varroas en planque dans le couvain operculé.
Il faudrait refaire donc ce traitement au moins 3 fois à 6 jours d'intervalle; mais reconnaissez que c'est très dangereux pour vos abeilles car, encore une fois, c'est un traitement qui s'effectue en fin d'automne; par conséquent, si vous n'avez rien fait avant, vous aurez constaté une telle infestation que votre colonie sera anémiée d'une part et qu'il y a de fortes chances que vos abeilles prennent froid à cause de l'ouverture imposée par cette méthode d'autre part.
En attendant, pour ce qui me concerne, j'ai abandonné très vite cette piste car son efficacité est loin d'être recommandable. Vous croyez quoi ? Que parce que certains apiculteurs "Bio" utilisent l'acide oxalique qu'il s'agit d'une panacée ? Détrompez-vous et constatez par vous-même que ces apiculteurs Bio ont autant de pertes (sinon plus) que les apiculteurs classiques, à l'exception de ceux qui travaillent avec l'abeille endémique.

. -2/- L' Acide Oxalique par Fumigation:

C'est un procédé plus efficace que par dégouttement, mais cela reste très compliqué et empirique et surtout très dangereux pour l'homme. L'acide oxalique en phase  de sublimation (vapeur) est en effet très dangereux pour nos voies respiratoires et peut provoquer des problèmes graves de type embolies et brûlures du larynx et des vacuoles pulmonaires sans parler des brûlures cutanées. Il est donc obligatoire de porter

  • des lunettes de protection,
  • des gants en caoutchouc ou latex
  • et surtout un masque à gaz homologué à cartouches filtrantes contre les vapeurs d'acide même si vous ne disposez que d'une seule ruche !

A partir d'une certaine température (157°), l'acide oxalique se met en phase vapeur dite phase de sublimation. Il ne faut surtout pas respirer ces gaz hyper toxiques pour l'homme mais supportables pour les abeilles si le produit est bien dosé.
Il existe 2 types d'appareils en apiculture pour sublimer l'acide Oxalique:

  • - la résistance électrique
  • - le "furet"

. a/- La résistance électrique:

On la trouve chez presque tous les revendeurs de matériel apicole (chez icko, la référence catalogue est GD006 ou GD012). Elle se branche à une batterie de voiture ou de moto si vous avez peu de ruches (maximum une dizaine). En chauffant, le produit va donc être sublimé c'est à dire qu'il va passer en phase d'évaporation. Les abeilles, en ventilant participent à la diffusion des gaz dans le corps de ruche. L'air étant partout dans la ruche, les gaz vont faire fuir les varroas qui seront fortement incommodé par ces émanations brulantes et asphyxiantes. Bon nombre seront tués et tomberont sur la planche de fond de ruche qu'il est impératif d'imprégner de graisse non figeante afin de capturer les varroas moribonds ou vivants. En fonction de la puissance de la batterie, il faut compter environ 5 à 6 minutes pour traiter une ruche. En principe, les appareils proposés dans le commerce limitent à 5g la quantité de poudre d'acide oxalique ce qui est largement suffisant pour le traitement d'une seule ruche Dadant.
Ce système est très lent et ne convient pas en milieu professionnel à moins d'avoir plusieurs batteries et plusieurs appareils branchés simultanément.

. b/- Le Turbovar.

Cet appareil très ingénieux utilise un brûleur à butane qui propulse sa flamme sur un petit godet situé à l'intérieur d'une chambre à combustion.

Turbovar®, Apparaeil à sublimer l'Acide oxalique
Sublimation de l'Acide Oxalique. ©Photo C.NICOLLET

La flamme qui vient lécher ce récipient fait sublimer très vite l'acide oxalique. Pourquoi dis-je ingénieux ? C'est parce qu'il a recours à un "effet venturi" (utilisé dans les réacteurs propulseurs) à l'intérieur de la chambre à combustion. Le courant d'air provoqué va projeter les vapeurs et gaz à travers un tube qui sera introduit sur le plancher par la porte d'entrée.
Une minute de Vaporisation et on peut passer à la ruche suivante. A l'origine, cet appareil était destiné à la fumigation d'une solution thymolée. Vous pouvez cependant l'utiliser pour la fumigation de l'Acide Oxalique mais je vous recommande dans ce cas de posséder plusieurs petits godets de rechange si vous avez plus de 30 ruches à traiter car quand il n'y a plus de produit, il faut attendre que le récipient refroidisse avant de recharger ce qui demande du temps. D'autre part, il faut procéder à un nettoyage à chaque rechargement. Il faut également nettoyer régulièrement le tube d'éjection qui se bouche assez vite par les cristaux non évaporés.

Avec cet appareil, le traitement du varroa est assez efficace pour les abeilles porteuses mais totalement inefficace pour les larves en squat dans les alvéoles. Il faut donc traiter à 3 reprises, espacées très rigoureusement de 6 jours (et pas 5 ou 7).
J'ai personnellement cessé d'utiliser l'acide oxalique car il s'agit d'un produit difficile à utiliser en pro compte tenu du nombre de ruches à traiter. Les vapeurs contraignent les abeilles à se dégrapper, puis à sortir de la ruche pour s'épouiller. Si votre ruche est faible, vous fusillez la colonie à coup sûr; devrai-je dire: vous gazez vos abeilles en tuant une bonne partie d'entre elles. Or si l'hiver qui arrive est un peu rigoureux, vous perdrez vos colonies non pas par la varroase mais par le mal que vous lui aurez fait subir en réduisant sa population. Vous aurez fait plus de mal que de bien.
La fumigation de l'acide oxalique ne devrait pas être un traitement unique contre le varroa mais un complément de traitement.

. Quand traiter ?

Comme nous venons de le voir, jamais en saison avec ce type de produit même quand on est en "Bio" puisque ce produit est seulement autorisé dans ce domaine. L'acide Oxalique laisse des résidus importants dans le miel et dans les cires. On traite généralement en fin de saison dès lors que la levée du miel a été effectuée et qu'il n'y a pas de nouvelles récoltes à faire pour la saison. Comme tous les traitements contre le varroa, il est important de ne pas attendre l'hiver pour traiter. S'il reste encore du couvain, il est important de traiter à dose réduite afin de ne pas tuer les larves d'abeilles ou les nymphes prêtes à éclore. N'oubliez pas en effet, que l'acide se déposerait sur les opercules. Or comme à leur naissance, les jeunes abeilles doivent découper et consommer une partie de ces opercules, là encore, vous seriez seul responsable de la mort de nombreuses abeilles si ce n'est de la colonie
Le renouvellement du traitement tous les 6 jours est impératif afin de suivre le cycle des naissances d'abeilles celui-ci doit également tenir compte du cycle biologique du varroa (j'explique cela en détail dans mon cours d'apiculture et dans mon livre )

. Un risque énorme...

Si c'est bio c'est forcément bon ? Et bien pas du tout ! Je dirai même que c'est une utilisation quelque peu dangereuse pour les colonies à cause de son mode d'utilisation. Un peu partout, on peut lire qu'il faut traiter en fin de saison quand il n'y a plus de couvain car c'est dans les cellules en attente de ponte que le varroa planque. Par conséquent ce point est juste mais...
Même si vous allez vite, le fait d'ouvrir votre ruche à cette période froide de l'année pourrait bien vous jouer un très mauvais tour si vous avez recours au sirop de dégouttement. En revanche, par procédé de fumigation (sublimation), le risque est moins grand bien que vous risquiez de provoquer un "dégrappage" à cause des gaz incommodant vos abeilles.

Je reçois chaque année des mails me posant des questions à propos du varroa. Les personnes tentent de se justifier en disanst quelque chose comme:
"Dimanche, il faisait beau, j'en ai donc profité pour ouvrir et chercher si mes abeilles avaient du varroa" !
Mais quelle erreur ! A cette période de l'année, même un 16 ou 17 degrés correspond à un écart potentiel de température de -20 degrés pour le milieu ambiant de la ruche. Il ne faut donc pas s'étonner que les abeilles meurent pendant l'hiver car tout comme l'homme, elles auront pris un sérieux coup de froid, dont elles ne se remettront pas.
S'il vous plaît, pour elles: Arrêtez d'ouvrir vos ruches en fin de saison ! les abeilles ont besoin de se protéger !

. Un dégrappage cher payé...

En fait, n'importe quel traitement serait efficace hors couvain operculé car seules les abeilles porteuses participent indirectement au redémarrage du cycle du varroa. A partir de la mise en hivernage au cours de la 1ere quinzaine d'Octobre", on ne devrait plus ouvrir les ruches sous aucun prétexte. Si vous avez fait un bon travail en amont, il ne sert à rien de faire un travail supplémentaire de traitement. Vous risquez de faire plus de mal que de bien, même par températures douces pour la saison (hors saison). C'est ce qu'il se dégage des questions des débutants qui "flippent" et qui, pour tout faire, devrais-je dire "trop faire", ouvrent les ruches en décembre pour injecter une dose intercadres parce qu'ils ont entendu dire ou lu quelque part des propos sur l'acide oxalique. Quand bien même il y ait une période de redoux, ce n'est pas parce que quelques abeilles sortent que vous pouvez traiter. Le gros de la grappe est constitué et seules les abeilles qui ont besoin de se délester ou de se dégourdir sortent. En injectant le sirop de dégouttement, les abeilles doivent casser la grappe. Ne venez pas vous plaindre si le taux de mortalité de fin d'hiver est élevé. En hiver, c'est trop tard pour traiter: on doit ficher la paix aux abeilles !

D'autre part, le procédé de "comptage des varroas tombés" ne donne que très approximativement des indications sur le taux d'infestation. En effet, comment interpréter un comptage sans tenir compte d'une population donnée ? Avec de telles approximations, vous risquez de "surtraiter" les petites colonies et en revanche pas suffisamment les colonies fortes. Par conséquent c'est au moment de l'ouverture de la ruche que vous pouvez vous faire une idée. Or, les abeilles construisent des ponts de cire entre les cadres pour s'isoler. Comment allez-vous pouvoir effectuer un traitement efficace sans découper ces ponts de cire ?

Quand on traite efficacement les colonies tôt en saison et avec un traitement prenant en compte le cycle biologique de l'abeille, il est rare que l'on ait à redouter une réinfestation en début d'hiver. Quand tel est très exceptionnellement le cas, je préfère redonner un petit traitement flash à l'acide formique par le nourrisseur plutôt qu'ouvrir une ruche. Mais bon... continuez comme bon vous l'entendrez.

. Un travail sur les souches

Cela m'amène tout naturellement à toucher un mot quant aux souches d'abeilles sans cesse en besoin de traitements. Avec quel type d'abeilles travaillez-vous ? Certaines espèces d'abeilles sont moins sensibles au varroa comparativement à d'autres. L'abeille noire hybridée est fragile alors que l'abeille noire de souche offre une plus grande opposition au développement du varroa. C'est en tous les cas, ce que je peux constater dans mon élevage, mais aussi chez les apiculteurs chez qui j'interviens.
Alors, si vous subissez un taux élevé de mortalité hivernale, interrogez-vous sur la provenance de vos souches, sur la méthode de traitement et votre travail de préparation à l'hivernage plutôt que chercher des "tuyaux" percés sur des traitements complémentaires. A force de traiter, vous tuez vos abeilles. Si vous faites partie des gens dégoutés des pesticides agricoles, interrogez-vous sur vos propres pratiques apicoles. Vous voilà prévenu(e)... Je reste conscient que tout le monde ne partage pas mon point de vue, faites votre expérience et devenez sage.

. Où trouver l'acide oxalique ?

En pharmacie of course ! On trouve également l'acide Oxalique en vente libre dans toutes les rayons peinture des GMS ou drogueries puisqu'il s'agit d'un produit de décapage des volets (à ne pas confondre avec la soude).

traitement du Varroa avec l' acide Oxalique
©Photo C.NICOLLET
Bidon d'Acide Oxalique.

On prétextera qu'acheté en dehors du circuit pharmacie ou vétérinaire, l'acide oxalique serait moins pur, je vous laisse juge de telles allégations... En attendant, cela fait des années que ce produit est utilisé dans la communauté européenne (bien avant nous autres) et si ce produit hors pharmacie avait présenté quelque danger pour les abeilles, il n'aurait pas connu un tel succès. L'acide Oxalique n'est pas cher certes mais il n'est pas doté d'une AMM si vous ne passez pas par le circuit "vétérinaire-pharmacie". Avant que vous ayez englouti 1 kilo, vous aurez traité des milliers de colonies ! Enfin, le produit que l'on trouve en magasins de bricolage au rayon des peintures généralement, n'est pas de qualité inférieure à celui que vous trouverez en parapharmacie. Sachez qu'il est le même que celui que votre vétérinaire pourrait vous prescrire. Il reste un produit dangereux comme je viens de l'expliquer mais qui est interdit à l'utilisation sauf pour les apiculteurs identifiés bio, ce qui à mon sens est une aberration de plus ! (les fabricants de lanières auraient-ils pris le pouvoir sur le marché du traitement de l'abeille ?.. )

. Un nouveau traitement, une nouvelle méthode ?

Toujours plus mirobolant que les autres traitements, grâce à la promotion internet, on présente une nouvelle méthode de traitement à l'acide oxalique. Il suffit d'acheter une cagette d'emprisonnement pour la reine, attendre que tout le couvain soit né et effectuer un traitement avec le produit miraculeux. Mais est-ce sans danger ? Quel est le risque d'une telle méthode ?
Sur le papier c'est imparable et cela ne peut que fonctionner. Oui mais voilà: Comme je l'ai expliqué plus haut, si on effectue un traitement avant que la saison soit terminée, à supposer que votre colonie ait été débarrassée de tous ses varroas, les butineuses vont continuer à sortir. Puisque votre voisin n'aura pas traité en même temps que vous, vos abeilles rentreront à nouveau avec des varroas ! Vous croyant vainqueur, votre vigilance baissera et le risque de perte hivernale de colonies est relancé.
D'un autre coté, à supposer que vous attendiez la fin septembre pour effectuer le traitement, le risque n'en demeure pas moins périelleux pour vos colonies, pourquoi ?
Puisqu'il est préconisé d'engager la reine afin de limiter la ponte à sa seule cage, il fauidra attendre 21 jours pour que toutes ses abeilles soient nées et que les cellules se soient libérées. D'accord, dans ce cas, que le traitement des abeilles sera efficace mais le danger est qu'il faudra attendre à nouveau 21 jours pour voir naître les nouvelles abeilles soit un total de 42 jours à partir du moment où vous aurez commencé par l'encagement. Pendant ce temps, une grosse partie de la colonie aura "dégraissé", vos abeilles seront devenues bien moins nombreuses et force est de l'admettre les mauvais jours arrivent s'il ne sont pas là depuis quelques temps !
Vous ferez ce que bon vous semble encore une fois, mais je vous conseille de n'appliquer cette méthode que sur 2 ou 3 colonies la première année pour constater qu'il y a un risque énorme. Si vous êtes dans le succès total, alors l'année prochaine, vous pourrez prendre la décision de traiter ainsi toutes vos colonies !

. Qui peut traiter avec L'acide Oxalique ?

Comme je viens de le mentionner: en France, seuls les apiculteurs "bio" le pourraient. Personnellement, je vous invite à vous indigner car c'est "n'importe quoi !" et une privation de notre responsabilité de tenter de sauver nos abeilles, d'autant plus qu'aucun produit vétérinaire ne garantit un traitement efficace dans la lutte contre le varroa. Un peu partout dans le monde et en Europe en particulier, l'Acide Oxalique apparait comme un bon produit de traitement complémentaire quand il est utilisé intelligemment et en toute connaissance de cause. A croire qu'en France, il n'y a que les apiculteurs bio qui soient intelligents ? Les autres étant des irresponsables et non intelligents: Quelle insulte et surtout, qu'on arrête de nous prendre pour des cons ! En termes de flicage, c'est pas mal non plus car vous avez obligation d'inscrire les traitements de vos colonies dans votre registre d'élevage. Vous pourrez toujours prétendre ne pas traiter mais avec des produits qui laissent des traces.. gare !

. Ma conclusion sur l'acide Oxalique.

Bon, après ce coup de gueule, j'ai personnellement arrêté de traiter avec ce produit. Non pas à cause de la légalité ou l' illégalité des choses mais parce que je le trouve moins efficace comparativement à l'acide formique bien utilisé.

La photo montre un gros Varroa sous la 1ère tergite de l'abeille
©Photo C.NICOLLET
Abeille morte avec son Varroa

D'autre part, je trouve que le procédé par fumigation, n'a rien de respectueux de l'environnement et il est extrêmement dangereux pour l'homme s'il n'est pas protégé efficacement (combinaison plastifiée, masque à gaz homologué, lunettes et gants (bref, un accoutrement de martiens). Comme tous les acides, il s'agit d'un produit à ne pas mettre entre toutes les mains, surtout pas des apprentis chimistes, mais seulement chez des personnes qui sauront être responsables.
Si j'ai choisi également d'arrêter mes traitements à l'acide oxalique par sirop de dégouttement, c'est parce que j'ai souvent constaté une réinfestation post-traitement (au début de printemps) même en tenant compte du cycle de vie du varroa. Dans de tels cas, si l'hiver se prolonge, c'est la perte assurée de vos colonies. L'efficacité d'un traitement par Acide Oxalique n'est pas régulière et je pousserai même le bouchon en disant que les résultats sont assez aléatoires (étude menée sur 200 colonies pendant 3 années consécutives).
J'ai perdu pas mal de colonies en sous-estimant ce point, pensant que le traitement avait fait tomber suffisamment de varroas.

Si nos amis apiculteurs Suisses ont bien avant nous exploité l'acide oxalique pour traiter le varroa, force est de constater qu'ils n'échappent pas à ds taux de mortalité hivernale importants. Je me range du coté des apiculteurs sensés qui travaillent d'arrache pied pour l'amélioration des cheptels, d'une part en réduisant les traitements au strict minimum, et d'autre part, en travaillant sur les critères de sélection notamment sur les abeilles qui développent une qualité d'épouillage. Plus on traite nos colonies, plus on a besoin de traiter, c'est un cercle vicieux dont il faut trouver les bonnes clés pour en sortir. Surtout n'arrêtez pas vos traitement du jour au lendemain comme je l'ai fait à une période et qui est une attitude complètement suicidaire, mais dès le printemps prochain, apprenez à observer les qualités de vos meilleures colonies et pratiquez un minimum de sélection. C'est ainsi que j'ai pu me sortir de ce cercle vicieux et aujourd'hui, c'est un choix que je ne regrette pas, même s'il m'a fallu plusieurs années pour y parvenir.

Dans mon cours d'apiculture, j'explique (même s'il n'y a pas de solution miracle) comment traiter correctement. Malheureusement dans ce combat, il faut de la disponibilité de votre part pour vos colonies. Celles et ceux qui n'en ont pas ne feront pas de vieux os c'est certain. Leur caprice d'apiculture cessera rapidement, las de constater pertes sur pertes.

Un conseil ?
N'essayez pas de jouer les apprentis sorciers! Si un produit miracle existait, ne croyez-vous pas  que cela se saurait ? Le traitement de vos colonies contre le Varroa mérite tout votre sérieux et une réflexion profonde. Souhaitez-vous consommer ou vendre un miel douteux alors que vous dénoncez les pesticides de l'agriculteur en face de chez vous ? Quand on pratique une apiculture saine (il n'est pas besoin d'être bio pour cela), on peut toujours s'attendre à des pertes, c'est le dérèglement de la nature par l'homme qui veut cela en partie, mais au moins, on parvient à les limiter considérablement. Attention à l'internet ! On trouve vraiment du n'importe quoi et des méthodes pas franchement recommandables. Essayez plutôt de vous fier et d'apprendre avec le milieu pro plutôt que la dernière publication vidéo en vogue du web

. Pour débuter en Apiculture sur de bonnes bases:

Comment débuter en apiculture ?
Comment et Quand débuter en Apiculture ?

Le traitement du Varroa, c'est un véritable casse-tête. Il est impératif de considérer que celui-ci (quand il y a nécessité de l'effectuer) doit s'appuyer sur le cycle biologique de l'abeille. Pour bien comprendre ce point et faire chuter la mortalité de vos abeilles en hiver, découvrez ce que j'avais à vous dire !
420 Pages avec de nombreuses illustrations couleur pour seulement 29 eureos seulement
Une des meilleures ventes de la librairie apicole francophone + d'infos et commande en ligne  ici

Regardez ici ce qu'en disent les premiers lecteurs: témoignages en ligne
Pour toute commande passée sur ce site, je vous offre une dédicace personnelle

Page 1