Apithérapie et Apipuncture, par Bernard NICOLLET

Apipuncture en Apithérapie et venin d'abeille


Date de révision de la page: 18/02/2017

. A propos de ma Pratique d'Apipuncture

Appartenant maintenant à une branche de l'histoire, j'ai préféré retirer cette page, sur laquelle je m'exprimais à propos de mon parcours en apipuncture avec le venin d'abeille dans les maladies neurodégénératives comme la SEP ou la SLA dite Sclérose Latérale Amyotrophique ou encore Maladie de Charcot.

Apipuncture, une branche de l'Apithérapie. Cette technique de soins fait appel au venin d'abeille
Photo d'Apipuncture. ©Photo C.NICOLLET

Il y a celles et ceux qui savent puis d'autres qui, comme toujours, racontent n'importe quoi, parlant sans savoir, dans une moquerie insolente et pleine de sarcasmes, pour tenter de se rendre importants et traitant tout ce qui n'est pas mesuré scientifiquement de charlatanisme. La science a-t-elle toujours raison (surtout dans le monde des affaires)? Qu'aurait été le jugement de ceux qui jettent la pierre s'ils avaient eu à faire à la Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA) ?

Dans notre monde, nous élisons des "dirigeants" et ces dirigeants préfèrent fermer les yeux quand ils ne pratiquent pas la politique de l'autruche, uniquement dans le but de favoriser la croissance de quelques grands groupes qui au fond n'ont rien à proposer, si ce n'est que quelques produits qui coûteront des millions à la sécurité sociale sans que cela ne soit réellement bénéfique pour les malades Les politiques eux, ne regardent pas la détresse de beaucoup de malades dont les conditions de vie pourraient être grandement améliorées par des médecines douces et naturelles dont l'Apipuncture fait partie.
Certes, il y a les marchands du temple et les charlatans, mais il y a à contrario des personnes qui font de leur mieux pour aider autrui et qui ne sont pas médecins pour autant

. l'Apipuncture, une source d'avenir dans les maladies neurodégénératives

Les piqûres de mes abeilles ont aidé plus d'une personne ce dont je suis particulièrement fier même si cela m'a valu un bon retour de bâton lors d'une condamnation pour "Pratique illégale de médecine" initiée par le Conseil de l'Ordre des Médecins. Bien triste victoire pour une corporation qui prétend soigner ou guérir à coups de centaines de millions d'euros! Ce qui est regrettable, c'est qu'il y a avant tout et par-dessus tout, celles et ceux qui espéraient ne pas devoir aller à l'étranger pour se soigner avec l'apipuncture. Ce serait presque à leur souhaiter de connaitre ce que connaissent les malades dans un pareil désaroi, rien que pour faire avancer les choses.

Avec beaucoup d'amertume et de regrets, j'ai du tourner la page même si, moralement et intérieurement, aujourd'hui encore, il me coûte cher de le faire, car je ne peux m'empêcher de penser chaque jour, aux personnes atteintes de SLA (Maladie de Charcot) pour qui mes travaux d'Apipuncture ont apporté un soulagement certain dans leur fin de vie et pour lesquelles je me dévouais corps et âme.
Malheureusement, quand on est jugé pour "pratique illégale de médecine", les résultats obtenus n'entrent pas dans la balance de la justice car tel n'est pas l'enjeu. On vous juge parce que votre pratique est reconnue comme une pratique de médecine (alors qu'aucun médecin ne pratique ce genre de thérapeutique).. et parce que vous n'êtes pas médecin. Le plus fort, c'est que si un médecin avait pratiqué mon protocole, il aurait été jugé et exclu par ses pairs car l'apipuncture n'est pas enseigné en faculté de médecine ! Ainsi va le monde.

D'un autre coté, il est vrai que l'on voit fleurir maintenant un peu partout sur la toile, des affirmations quant à cette thérapeutique et où des personnes atteintes de SEP font savoir qu'elles "sont guéries" alors qu'elles sont toujours dans leur fauteuil roulant ! Peut-on parler de guérison ? De stabilisation ou d'améliorations certainement de guérison , pas au sens où on l'entend.

Avec l'apipuncture, un retour à la mobilité
Ne serait-ce pas un excellent objectif ? Le meilleur ?
Si le venin d'abeille peut effectivement grandement contribuer au retour à une meilleure vie pour une personne atteinte de SLA, de SEP ou d'une pathologie neurodégénérative, il n'est pas un malade de par le monde qui ait été "guéri", Pour meilleure preuve: en SEP il doit continuer sa thérapeutique sous peine de voir la maladie reprendre le dessus.
Cependant, et je l'ai constaté plusieurs centaines de fois, il est vrai qu'une bonne pratique d'Apipuncture, un bon "protocole" et de bonnes mesures d'accompagnement peuvent aider le malade jusqu'à lui permettre de retrouver certains gestes de la vie quotidienne et ainsi prolonger son espérance de vie. C'est ainsi qu'avec près de dix années de pratique, j'ai vu 48 personnes se relever de leur fauteuil roulant. Certes elles n'ont pas retrouvé leur mobilité d'un gamin de 10 ans, mais quand par exemple, elles sont capables à nouveau de tenir une fourchette, effectuer un transfert aux toilettes, prendre une douche ou simplement se laver les cheveux, imaginez ce que cela peut représenter pour ces personnes !

Dans une époque où nous nous laissons dominer par de véritables "organisations dominatrices", nous ferions mieux, à minima pour l'espoir que cela représente pour les malades "incurables", de reconnaître que l'homme n'a pas le monopole du savoir, pas plus que la Science. La Nature, elle, a été crée pour son bien-être, faut-il encore humblement le reconnaitre.

. L'apipuncture une thérapeutique qui n'est pas sans danger

Si exceptionnels seraient les accidents liés de manière directe au venin d'abeille, nous ne pourrions pas en dire autant pour les piqûres d'autres insectes comme les guêpes ou frelons asiatiques. Mais que dire aussi des chocs anaphylactiques liés à des injections allopathiques ? Celles-ci passent sous silence alors qu'on érigera un scandale si jamais cela venait à arriver en apipuncture. Tout est une question de légalité concluera le juriste.
En réalité, bien maigres sont les problèmes rencontrés avec l'apipuncture. Cela n'en fait cependant pas pour autant une thérapeutique sans danger. Le malade vous répondra: que face à une pratique médicamenteuse qui ne fonctionne pas ou qui est inexistante, préférence est donnée aux abeilles... aurait-il tort ?

Et l'abeille dans tout cela ?

Effectivement, quand une abeille pique, elle meurt. Pour se donner meilleure conscience, certains utilisateurs de l'apipuncture utilisent des micro-grilles pour éviter à l'abeille de perdre son dard. Comme tout le monde le sait, une abeille ne peut piquer qu'une seule fois car son dard ne pourra pas s'extraire de la peau de l'homme. En réalité, une abeille qui ne perd pas son dard mais uniquement son venin, est une abeille morte de toutes manières. Elle n'aura plus de moyen de défense pour un certain nombre de jours. Enfin, quand on sait qu'une abeille ne vit qu'une quarantaine de jours, lorsqu'elle est utilisée pour la piqûre, ce sont essentiellement les gardiennes qui sont sélectionnées pour cela autrement dit, des abeilles en fin de vie.
Je ne tente pas ici de "justifier" ou minimiser le problème... Il est difficile de dire qu'on aime les abeilles alors qu'on en sacrifie. Chaque jour, dans une ruche, il meurt entre 1500 et 1800 abeilles de manière naturelle. Quand bien même un malade prélève 20 abeilles pour sa séance hebdomadaire de piqûres, le prélèvement est insignifiant. Entre temps, nous aurons trucidé bien plus de moucherons et moustiques sur le pare-brise de notre véhicule ! Chaque jour, nous mangeons des chairs animales, viandes, poissons et faisons mourir des millions de tonnes de vies végétales, alors c'est un mauvais procès à faire aux malades qui trouvent, grâce aux abeilles, une espérance de meilleure vie.

A chacun son opinion

Personnellement j'aime profondément mes abeilles et je les respecte au plus au point. Quand je pratiquais l'apipuncture, je veillais à ce que mes abeilles ne souffrent pas en abrégeant leur vie d'une part mais en amont de cela, dans tous mes entretiens avec les malades, je m'efforçais de leur faire comprendre qu'il ne fallait pas que les abeilles meurent pour rien ni dans l'irrespect ni dans l'indifférence et que c'était à cette seule condition que j'acceptais de pratiquer.

Puisque le corps médical revendique cette thérapeutiqe comme "Pratique médicale" alors, je propose aux médecins et facultés de les enrichir de mon savoir et expérience sait-on jamais (?).

Formations en apipuncture

Si je ne pratique plus moi-même l'apipuncture, en revanche je mets donc mon savoir au service des praticiens du monde entier. J'organise des formations privées pour la SLA afin que ce savoir ne tombe pas dans les oubliettes, d'autant plus que la médecine est impuissante dans certains domaines et pourrait bien trouver une aide grâce à une pratique bien encadrée (cliquez ici)

Avec toute ma compassion et empathie,
Bernard NICOLLET
P.S. Et la Propolis ? Des produits de la ruche qui nous aident au quotidien